login
Sergei
login
Le 22 juillet 2012 à 8 h 58 min   

La télévision, dont l’influence peut être terriblement nocive, pourrait être, au contraire, un remarquable outils d’éducation.Elle pourrait l’être, mais il est assez peut probable qu’elle le devienne, car en faire une instance culturelle bénéfique représente une tâche particulièrement ardue.Pour dire les choses simplement, il est difficile de trouver des personnes capables de produire chaque jour, pendant 24 heures consécutives, des émissions de valeur. Il est beaucoup plus facile, en revanche, de trouver des gens capables de produires, par jour, 24 heures d’émissions médiocres ou mauvaise, avec, peut-être, une émission de bonne qualité d’une heure ou deux heures.

Plus les chaines sont nombreuses, plus il est difficile de trouver des professionnels vraiment capables de produire des émissions à la fois attrayantes et de bonne qualité.Il y a donc une difficulté fondamentale, interne, qui est à l’origine de la dégradation de la télévision.Son niveau a baissé parce que les chaînes de télévisions, pour maintenir leur audience, se trouvaient dans l’obligation de produire de plus en plus d’émissions à sensation. Or, ce qui est sensationnel est rarement bon.

La télévision est devenue aujourd’hui un pouvoir colossal; on peut même dire qu’elle est potentiellement le plus important de tous, comme si elle avait remplacé la voix de Dieu. Et il en sera ainsi tant que nous continuerons à supporter ses abus.La télévision a acquis un pouvoir trop étendu au sein de nos civilisations.La violence, le sexe, le sensationnel sont les moyens auxquels les producteurs de télévision recourent le plus facilement : c’est une recette sûre, toujours apte à séduire le public. Et si celui-ci vient à s’en lasser, il suffit d’augmenter la dose.La voie la plus facile, on va toujours là où les difficultés et les problèmes se résolvent avec le minimum d’efforts. Ceux qui se laissent abuser par la télévision ne possèdent pas toujours un niveau de formation et de maturité suffisant pour faire la distinction entre la réalité et la fiction.

La télévision moderne ruine méthodiquement les cadres traditionnels de l’expérience initiale.Cette voleuse de temps qui investit les regards et les esprits et qui, à travers ses émissions ou ses feuilletons, n’hésite pas à répandre le goût âcre du meurtre et de la violence, à distiller l’amoralisme et la futilité.Nous sommes bel et bien en présence d’une barbarie moderne, d’un mouvement de dé-civilisation. L’étalage impudique du sang et de la haine affaiblit les résistances à la violence, érode peu à peu, dans l’esprit des individus, les ‘défenses immunitaires’ morales.

La télévision accomplit ainsi une fonction de pacification des protestations sociales et de délégitimation des intolérances idéologiques.

Pas de commentaire

  1. No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Propulsé par WordPress   |   Template réalisé par Graphical Dream
Haut de page